Actualités sociales

Votre sous-traitant est-il à jour de ses cotisations sociales ?

Un entrepreneur individuel ou une société doit, pour tout contrat au moins égal à 5 000 € hors taxes visant l’exécution d’un travail, la fourniture d’une prestation de services ou l’accomplissement d’un acte de commerce tels un contrat de fabrication, de réparation, de construction ou de transport, vérifier que son cocontractant est en règle au regard de ses obligations sociales.

Cette démarche s’impose lors de la conclusion du contrat, puis tous les 6 mois jusqu’à la fin de son exécution. Son non-respect par le donneur d’ordre peut entraîner sa condamnation au paiement des cotisations sociales de son sous-traitant si ce dernier fait l’objet d’un procès-verbal pour travail dissimulé.

Ainsi, seule « l’attestation de fourniture des déclarations sociales et de paiement des cotisations et contributions de Sécurité sociale », dite attestation de vigilance, rédigée par l’organisme chargé du recouvrement des cotisations sociales (Urssaf, Mutualité sociale agricole, Régime social des indépendants…) permet de justifier qu’un cocontractant situé en France a rempli ses obligations quant aux déclarations et paiements de ses cotisations sociales. C’est donc ce document que le donneur d’ordre doit obtenir de ce dernier.

Si le cocontractant est établi à l’étranger, le donneur d’ordre doit se faire remettre le certificat A1 (ex-certificat E101), unique document permettant de s’assurer qu’il est à jour de ses cotisations sociales dans son pays.